mardi 20 février 2007

le Jazz Swing: les grands solistes du chant

CAB CALLOWAY (1907-1994) chanteur
Il remplace Duke Ellington au Cotton Club en 1932. Il symbolise à lui seul toute la joie de vivre des années 30. Chanteur fantaisiste, il est aussi chef d'orchestre. Avec Jonah Jones et Dizzy Gillespie (trompette), Ben Webster puis Chu Berry (Saxo), Danny Barker (guitare), et Cozy Cole (batteur) son ensemble est l'un des meilleurs des années Swing. Grâce à son succès "Minnie the Moocher" en 1931, il devient le plus illustre des Entertainers (amuseur) et le premier MC de l'histoire du Jazz. Il a créé le look "Zoosuitisme" adopté par les jeunes américains, puis par les zazous français.


BILLIE HOLIDAY (1915-1959) chanteuse
Après une enfance difficile, elle part rejoindre sa mère à New York en 1928. Elle chante dans de petits clubs de Harlem où elle est découverte par John Hammond. Elle enregistre alors avec Benny Goodman puis en 1930, elle chante dans le groupe de Teddy Wilson. En 1937, elle commence à enregistrer avec Lester Young qui la surnomme "Lady Day" et chante aussi dans l'orchestre de Count Basie. En 1938, elle travaille avec Artie Shaw, mais le racisme ambiant l'empêche souvent de travailler comme elle le voudrait. Elle est ensuite engagée au Cafe Societe de Greenwich Village à New York, et enregistre la très controversée chanson "Strange Fruit" qui parle de racisme.

"Strange Fruit"
En 1946 elle tourne dans le film "New Orleans" avec Armstrong, puis sa carrière est interrompue à plusieurs reprises par des séjours en prison liés à sa consommation de drogue.A partir de 1950, bien qu'elle perde peu à peu sa voix elle enregistrera avec les plus grands, et participe au premier festival de new York en 45 avec Lester Young, Gerry Mulligan, et Jo Jones...Les échecs de sa vie affective, les problèmes de drogue et d'alcool précipitent la fin de sa carrière. Elle publie son autobiographie "Lady sings the Blues", et meurt en 59, après une dernière apparition au Phoenix Theater de Londres.
Une voix incomparable, qui dévoile une sensibilité extrême et ses souffrances, en partie liées au racisme dont elle a beaucoup souffert.


Billie Holiday - Fine And Mellow


ELLA FITZGERALD (1918-1996) chanteuse
Née en Virginie dans une famille pauvre, elle gagne en 34 un concours de chant amateur à l'Apollo de Harlem et se voit engagée par Chick Webb. A sa mort, elle prend la tête de l'orchestre jusqu'en 41 puis démarre une carrière solo, accompagnée par les Ink Spots, Louis Jordan et les Delta Rythm Boys. A partir de 1946 elle chante avec le "Jazz at the Philarmonic "de Norman Granz qui devient son manager. Elle fait une tournée avec Dizzy Gillespie et incorpore le Be Bop à son style. Elle se marie avec le bassiste Ray Brown, qui l'accompagne avec son trio. En 1950, elle chante en Duo avec le pianiste Ellis Larkin des chansons de Gershwin (dont le très célèbre "Summertime"). En 1955 elle signe avec le label Verve (de Norman Granz) et enregistre de nombreux song books sur des musiques de Gershwin, Ellington, et Cole Porter. Suivront de nombreuses tournées à travers les Etats-Unis et l'Europe.
"Lullaby of Birdland" de Charlie Parker avec Duke Ellington
Dans les années 70, elle chantera avec Count Basie, Oscar Peterson (et en duo avec Jo Pass), puis en 80 sa voix commence à faiblir, et des problèmes de santé l'obligeront à se retirer de la scène en 94. Elle est la première chanteuse de Jazz à réellement improviser (Scat) et a su s'adapter au courant du Be Bop.


Ella Fitzgerald
"One of those things" avec le "Jazz at the Philarmonic"

1 commentaire:

madamedekeravel a dit…

Je n'ai pas tout lu ... mais chapeau, dossier du tonnerre ! (c'est comme ça qu'ils disaient les zazous non ?).
Et puis la voix de Ella dans mon oreille ce matin, c'est comme du miel, ça va illuminer ma journée ! Merci !