mardi 10 avril 2007

quand j'étais petite...

j'étais souvent malade...j'aimais la solitude...
mon grand-père s'occupait de moi (maman est fatiguée) il chantait parfois, mais ne parlait jamais beaucoup... ses silences étaient une sorte de musique lente.
je rêvais beaucoup et j'aimais bien chanter (collargol par exemple, et la chanson de belle et sébastien dont j'étais amoureuse). j'aimais bien aller à l'église et entendre le choeur (je me faisais disputer parce que je regardais en l'air, la tête tournée vers les chanteuses). j'ai arrêté de croire plus tard parce que ceux qui disaient croire en dieu étaient racistes dans mon entourage.

à 4 ans j'ai su lire et l'année suivante on m'a envoyée à l'école (j'ai détesté). ma bête noire était la division, et avec le recul je comprends mieux pourquoi...
j'aimais lire (les contes d'andersen, ceux de perrault, enfin tous les contes).
Avec ma soeur on avait inventé un langage, mon pépé nous construisait des maisons, une école, un hôpital (avec des matériaux récupérés sur les chantiers) et on avait une ville entière dans la chambre, avec nos poupées, où ma petite soeur venait timidement (alors qu'on l'adorait).
Je voyais ma grande soeur en souffrance souvent, et je pleurais quelquefois en silence. Mon père était très sévère, surtout avec elle.

Tout était inquiétant et trop grand. Je me suis souvent réfugiée dans le rêve, jusqu'à ce que je commence le piano, à 7 ans. Le rêve éveillé.
Nos voyages en angleterre chaque année étaient fascinants, je me sentais comme dans mon second pays. j'ai toujours ces odeurs des maisons anglaises en moi...
ma mémé aimait rire, avec ses soeurs elles parlaient un mélange de langues (italien, arabe), j'aimais cette musique joyeuse et désordonnée...elle racontait des secrets aussi, mais chut!

à 8 ans je découvre le monde merveilleux des garçons, les billes, les soldats, les masques africains gravés dans les arbres, les virées en vélo, les prises de risque, mais aussi les bisous...
toutes ces années d'enfance le piano m'accompagne, et toutes ces musiques que nous fait écouter papa...le classique, l'opéra,mais aussi cat stevens, leonard cohen, les beatles, et bob marley, entre autres... je ne sais pas encore à quoi çà sert, j'aime, c'est tout.

la mer est là, elle m'appartient. Tous les étés je la sens glisser lentement comme une salive entre mes joues, c'est le moment d'aller se baigner...je rêve que je sais nager, et le lendemain je sais...

je me sens toujours entre deux mondes aujourd'hui, un peu étrangère. Je regarde les gens comme autant de pays étrangers à explorer. le monde de l'enfance est merveilleux. mais pour rien au monde je ne retournerais en ce pays.

8 commentaires:

melle bille a dit…

wouap!!!! quelle belle surprise!je me doutais bien que tu étais une fille de la mer...
Je crois que ça sert à vivre mieux, cat stevens et tout ça ;-)))

Anonyme a dit…

Tin ! Tous ces blogs que t'as !
Alors moi je vais chez Madame Musique et pis t'es là !
Bon pendant que t'es là je veux juste dire que c'est beau la mer.
Bon mais c'est peut-être un peu tôt pour se baigner.
Je suis bien content que tu fais rien.
Mais je crois qu'on fait toujours quelque chose, même quand on rêve.
Je t'embrasse Miss.
Charly

madamedekeravel a dit…

Mais elle n'est pas que musicienne, elle est écrivaine ! C'est beau ce que tu écris !

madame musique a dit…

merci beaucoup, c'est chouette d'échanger les souvenirs, je trouve...tout ce que j'ai lu je l'ai trouvé très beau moi aussi. à bientôt de vous lire!

zelda a dit…

tien on se sent comme a la maison chez toi , tout le monde est la .
moi aussi le piano a ete mon echapatoir toute mon enfance et encore aujourd'hui , mais plus je grandi moins c'est facile .

zelda a dit…

Puréeeee ptidoigt !!!!!! laissez moi vous appeler granddoight .
Le niveau ! la grande classe. je suis toujours très intimidée par les vrais musiciens, pas les 'carpes académy ' les vrais de vrais comme vous qui sont capable de jouer des trucs écrit pour des extras terrestres a 87 doigts et 18 mains , et qui vous téléportent dans une autre démention quand ils touchent leur clavier.
Dans mon désert ( culturel et géographique) je suis littéralement en manque de musique de qualité , grâce a la charia et ses interdictions , il ne nous reste pas grand-chose en matière de musique pour ainsi dire rien ,pas que la musique classique soit interdite non mais le niveau intellectuel du public est niveau tamtam de peau de brebis . internet est mon seul accès a la culture , la poste et les commerces étant complètement sous contrôle des barbus, heureusement quelques ambassades donnent des concerts de temps en temps mais c'est rare . alors votre blog c'est du caviar du champagne et que du bonheur. Merci.

madamemusique a dit…

woaw, merci zelda, à ton service...mais je confirme j'ai 87 mains en fait. et je m'appelle gloubch (ou un truc comme çà)
:-)enfin c'est le bruit que je fais quand je tombe du tabouret. à bientôt ma belle...

Kinishao a dit…

C'est vraiment un très beau texte ... il éveille beaucoup de choses en moi et, d'une certaine manière, y trouve une grande résonnance.